Un moyen simple pour commencer à découvrir sa mission de vie

 

Dans cet article, je vous partage le fruit de ce que j’ai observé dans mon expérience et celles des gens que j’accompagne.

Certaines informations viennent aussi des messages que je reçois de mes guides. J’espère que ce contenu éclairera votre chemin, y compris s’il vous semble différent.

Qu’est-ce que la mission de vie ?

C’est notre légende personnelle, ce que notre âme a choisi de vivre pour grandir. C’est la raison pour laquelle certains parlent de « mission d’âme ».

Dans la mission de vie, on retrouve la notion de destin. Notre destinée est comme un plan préprogrammé (où tout à sa raison d’être), à l’intérieur duquel nous pouvons faire des modifications, selon nos choix et notre avancée.

Il n’y a donc pas de déterminisme dans la mission d’âme. Notre vie n’est pas une fatalité ou une punition ! Nous avons tous le libre arbitre, c’est-à-dire le choix. Nous avons parfois du mal à le voir !

Lorsque nous vivons une épreuve par exemple, nous pouvons nous sentir victimes de la vie ou des autres et nous pouvons aussi nous ouvrir à ce que cette épreuve veut nous enseigner. Là où elle veut nous amener, pour notre bien. C’est cette seconde perspective qui permet d’atténuer la souffrance et d’accélérer les prises de conscience puis un nouvel équilibre.

Revenons à la mission de vie.

Lorsque nous ne faisons pas les bons choix « en notre âme et conscience », nous pouvons passer à côté de notre mission de vie. Dans ce cas, nous avons l’impression de “passer à côté de notre vie “. On se sent « à côté de ses pompes ». Tout ce que nous entreprenons est compliqué ou nous avons l’impression de tourner en rond. On ressent beaucoup de frustration.

Notre mission de vie révèle ce que nous allons apprendre (pour grandir et élargir notre conscience) ainsi que ce que nous allons offrir aux autres et à la vie.

Oui, nous avons tous une contribution, celle de notre présence, notre amour, notre vision, nos talents, etc. qui s’exprime de différentes manières auprès de nos proches ou d’une sphère plus large, peu importe.

Quand chacun s’autorise à être lui-même, c’est comme une cellule qui remplit sa fonction dans notre organisme. Lorsqu’une ou plusieurs cellules sont à côté de leur mission de cellule (ne font pas ce pourquoi elles sont là), il y a déséquilibre, voire gros dysfonctionnement de la cellule et de l’ensemble de l’organisme.

Connaitre sa mission de vie, c'est pouvoir être en accord avec soi-même : être en paix et s'épanouir.

Définir ce que je veux

Comment découvrir sa mission de vie et être en accord avec soi-même?

La vie est si bien faite qu’elle a tout prévu ! C’est notre inconscient qui va suivre le plan préprogrammé de notre âme, de la petite enfance jusqu’à ce que nous devenions pleinement conscients.

Pour devenir conscients, nous sommes confrontés à l’adversité. Toutes ces choses qui nous invitent à nous remettre en question (difficultés, blocages, souffrances, frustrations).

Tous les êtres humains connaissent des épreuves ou des situations difficiles au cours de leur vie.

Dès le départ de notre vie, nous vivons ou interprétons des circonstances qui nous blessent. Par exemple, le fait d’avoir des parents absents peut nous faire ressentir abandonné. Si nos parents ont une préférence pour un frère ou une sœur, on pourra ressentir de l’injustice ou une trahison. Celui ou celle, dernier d’une fratrie, considéré comme « le petit », « ignorant, incapable », peut se sentir humilié.

OK, c’est le lot de tous mais on en meurt pas, allez-vous me dire… C’est vrai, mais ces ressentis déteignent sur toute notre réalité et peuvent engendrer des problèmes très désagréables qui paralysent notre évolution (maladies, addictions, dépression, mal-être, obsession, frustration, inertie, incapacité à réaliser ce qui nous tient à cœur malgré tous nos efforts, etc.)

Certains vivent concrètement des événements traumatiques d’abandon, de mal-traitance, perte d’êtres chers, etc. Quelque soit la réalité, le résultat est le même : des blessures et des interprétations (“je ne peux pas faire confiance à ceux que j’aime ou à personne“, “je ne peux pas aimer“, etc.) qui conditionnent notre vision de nous-même et de notre vie.

Le rôle des blessures

L’auteur du best-seller « les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même » , Lise Bourbeau a mis en lumière les 5 principales blessures qui nous permettent de retrouver le chemin de l’authenticité et de notre vérité.

Ces 5 blessures sont l’abandon, le rejet, l’humiliation, la trahison ou l’injustice.

Dés le départ de notre vie, nous ressentons une ou plusieurs blessures qui vont nous pousser à les guérir.

Un enfant non désiré, par exemple, souffrira d’une blessure d’abandon et sans doute de rejet. Un enfant qui ne s’adapte pas au système scolaire et a de mauvais résultats pourra se sentir humilié par le regard de sa famille, de ses camarades ou ses professeurs.

Nous nous construisons à partir de nos blessures. Ce sont elles qui vont guider et structurer notre vie : nos motivations, nos besoins, notre activité professionnelle, etc.

Celui qui a souffert d’injustice fera tout pour ne plus la revivre ou pour éviter que les autres en souffrent (développer la compassion, faire un métier dans le social, la justice, l’amélioration d’une cause, etc.)

Celui qui a souffert de la pauvreté de ses parents ou des conditions de vie de sa famille, puisera la force de dépasser ses limites dans sa blessure d’humiliation en créant une entreprise qui lui apportera et apportera aux autres des richesses, par exemple.

Nos blessures ainsi que les épreuves de notre vie, nous obligent à faire face à nos limites, nos illusions, nos peurs et nos blocages. C'est seulement de cette façon que l'on peut les voir pour s'en libérer.

La clé, notre guide, est d'être fidèle à nous-même et faire ce que l'on aime afin de dépasser nos limites.

Amélie Nothomb parle avec beaucoup de talent des blessures dans son roman “Frappe-toi le coeur” (2017).

Le chemin de la blessure à la guérison se déroule souvent en deux phases.

℘ Première phase de notre vie :

Inconscient de notre blessure (faut d’avoir connu une autre réalité), nous sommes sans recul. Nous allons alors nourrir notre blessure.

La plupart du temps, nous l’entretenons malgré nous car nous attirons à nous des événements et des rencontres qui correspondent aux énergies que nous émettons.

Par exemple, si je pense que j’ai été rejeté, je vais attirer des personnes ou des situations ou je vais me sentir rejeté à nouveau (dès l’adolescence ou l’âge adulte), dans mon milieu scolaire, professionnel ou sur le plan affectif.

Penser que je ne mérite pas d’être aimé, va me faire attirer des situations de rejet que je vais trouver normales puisque c’est ce que je pense. Je vais en souffrir tout en étant incapable de trouver des alternatives… jusqu’à la reconnaissance de cette blessure et des croyances erronées qui en découlent.

Je vais également me rejeter sans m’en rendre compte. Me juger, m’auto-saboter, etc.  Je ne vais pas m’aimer, ni respecter mes besoins.

Je peux aussi le faire avec les autres à mon insu. Cela va entraîner un mal-être que je vais chercher à compenser ou fuir (addictions, nourriture, divertissements, excès, etc.)

Je vais également me compromettre en vain pour éviter de revivre la blessure. Je vais accepter des choses qui ne me correspondent pas ou être incapable de dire non. Je vais faire ce que les autres attendent de moi (qui est souvent l’inverse de ce que je veux vraiment) pour me sentir aimé.

C’est ce que nous faisons à notre insu tous jusqu’à ce que nous n’en puissions plus de nous sentir mal! La plupart d’entre nous arrivent à saturation (maladie, séparation, accident, licenciement, burn-out) pour prendre conscience de ce qu’il se passe. Ces situations de rupture nous obligent à prendre soin de nos vrais besoins et apprendre à nous connaitre.

℘ Deuxième phase (si nous faisons ce choix grâce à la prise de conscience) :

  • Prises de conscience de la blessure, découverte de soi.
  • Réparation au travers d’activités qui nous permettent de nous libérer (changer de point de vue en exprimant ses émotions, thérapies, respect de ses besoins et aspirations).
  • Réorientation de son mode de vie, de ses activités vers ce qui nous correspond vraiment et contribution aux autres et à la vie. Sensation d’être à sa place, épanouissement.

Ce schéma n’est pas figé. Certaines personnes se réparent en exprimant leur ressenti et leur capacités naturelles très tôt dans leur vie (vocation musicale, sportive, culinaire, etc.).

De l’extérieur, certains donnent l’impression de ne pas souffrir parce qu’ils trouvent parfois le succès dès leur adolescence ou tôt dans leur vie d’adulte (chanteurs, sportifs de haut niveau, acteurs, artistes reconnus).

Ils peuvent eux-mêmes avoir l’impression d’être épanouis, sans souffrance ou problème, mais le temps montre que leurs blessures non-reconnues les rattrapent.

Ce sont donc nos blessures qui nous permettent de trouver qui nous sommes. Elles nous poussent à aller au-delà de nos impressions, pour découvrir notre véritable identité. Elles nous invitent à nous réaliser et à vivre nos rêves.

Blessures et famille

Les blessures que nous n’avons pas guéries reviennent à nos enfants. Ce qui induit que nos parents n’ont pas fait des erreurs délibérément, mais bien celles dont ils ont hérité de leurs propres parents.

Nous reproduisons malgré nous ce que nous avons reçu. C’est un cercle vicieux, jusqu’à ce qu’il y ait conscience et réparation.

En revanche, ce que nous avons accompli, nos enfants l’intègrent naturellement et peuvent aller encore plus loin dans le dépassement de leurs blessures et leur évolution.

tupeuxlefaire-com-surmonter-lobstacle

Comment tout cela est-il possible ?

Nos blessures génèrent des croyances erronées et réductrices qui conditionnent notre expérience.

Si je n’ai pas été désiré (et que mes parents se sont cependant toujours occupés de moi), je vais avoir une blessure de rejet, par exemple. Cette blessure va se traduire, dans ma vision, par « je ne mérite pas d’exister », « je ne suis pas digne d’amour ».

En croyant cela, je vais attirer des situations où je serais rejeté et pas aimé dans tous les secteurs de ma vie… jusqu’à ce que j’en prenne conscience et m’en libère.

Nos croyances créent notre réalité.

Nous pouvons vouloir quelque chose de toutes nos forces et ne jamais l’obtenir parce que nos croyances crient l’inverse de ce à quoi nous aspirons.

Nous pouvons prendre conscience de nos rêves et ne pas pouvoir les vivre parce que nos croyances limitantes font obstacle.

Tant que nous ne sommes pas conscients de nos blessures ni de nos croyances limitantes, elles nous manipulent. Elles nous gouvernent.

En revanche, dès qu’on reconnait une souffrance, que l’on en voit le sens, qu’on accepte nos blessures, elles révèlent tout ce qu’elles ont à nous offrir. Nous pouvons alors commencer à nous donner ce dont nous manquons. C’est le chemin de la guérison qui nous permet de trouver notre place : réaliser notre mission de vie.

« Voir le sens » signifie que l’on peut enfin faire un pont entre nos qualités naturelles et ce que l’on a vécu. Que l’on comprend qu’on est au bon endroit  et que la vie est parfaite. Que tout ce que nous vivons fait partie d’un plan qui nous dépasse et que nous sommes là pour découvrir.

Dans la formation découvrir et réaliser sa mission de vie, je vous accompagne pour découvrir vos blessures et votre mission de vie. Cliquez ici pour découvrir les vidéos de présentation.

Dans le cours “Tout est possible à celui qui croit“, je fais un focus sur le fonctionnement des croyances et comment vous libérer de celles qui vous limitent.

Tant que nous ne sommes pas conscients de nos blessures, nous sommes manipulés par elles. À chaque prise de conscience, nous gagnons en liberté.

En définitive

Découvrir sa mission de vie permet de découvrir ses blessures pour pouvoir s’en libérer. A partir de cette prise de conscience, nous pouvons enfin comprendre le sens de notre vie et prendre la place qui nous correspond.  Nous pouvons enfin réaliser nos rêves.

Vous pouvez laisser vos commentaires et/ou partagez cet article à quelqu’un qui en a besoin!

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *