Comment discerner et utiliser votre intuition pour réaliser vos rêves 

Avez-vous déjà pensé « La vie serait tellement plus simple et facile si je connaissais les réponses, les bons choix, le chemin?”

Je ne vous parle pas de TOUT savoir. J’aime découvrir et apprendre. J’aime être surprise et pouvoir m’émerveiller. Un peu comme lorsque je voyage, je n’aime pas que tout soit planifié à l’avance.

Je parle de connaissances pour faire des choix ou solutionner des problématiques ou être libre et heureux(se) : Quelles sont mes passions ? Quel métier me convient le mieux ? Cette relation est-elle positive ? Que devrais-je faire pour guérir ? Comment puis-je gérer le stress?, etc.

Il m’est arrivé de consulter des spécialistes, des thérapeutes, des médiums ou des sages. Ils m’ont tous apporté un mode d’emploi (du comment faire ?) sur des sujets qu’ils ont eux-mêmes appris à maîtriser. Ils m’ont permis aussi d’élargir ma conscience. La conscience, c’est de la connaissance que j’ai déjà en moi, mais que j’ignore.  Cette connaissance s’appelle sagesse et chaque être humain en a (ou plus exactement, c’est ce que nous sommes sans le savoir). Notre sagesse intérieure, c’est nous sans les doutes, l’ignorance et l’inconscience fournis par l’ego.

L’intuition, ce sont tous les messages de notre sagesse intérieure. Notre GPS intégré. Notre guide intérieur. Elle émet des messages en permanence, mais nous ne les écoutons pas ou ne leur faisons pas confiance parce que l’ego créer des parasitages (monologue intérieur).

Tout ce que nous avons besoin de savoir est accessible en nous. Une voie d’accès est toujours disponible. Elle s’appelle intuition.

« Et si tu savais ? »

Un jour, je discutais avec un thérapeute et lui disais que je ne savais pas ce dont j’avais besoin exactement (je ne voyais pas de réponse). Il m’a regardé dans les yeux et m’a répondu « – Et si tu savais ? ».

Cela m’a fait un déclic (à la manière d’une reconnexion de fils électriques), car au moment où il me l’a dit, j’ai compris que je savais. Dans les jours qui ont suivis, les réponses sont arrivées. Elles étaient là avant, mais c’est parce que j’ai saisi que je les avais en moi, que j’ai pu y accéder. C’est parce que j’ai compris que j’étais la seule à pouvoir répondre que me suis autorisée à les formuler.

Et si tu savais ?

lintuition-cest-la-voix-de-notre-guide-interieur-cest-a-dire-nous-sans-les-doutes-et-lignorance
Comment accéder à son intuition ?

En apprenant à distinguer la voix de l’ego de celle de l’intuition. La voix de l’ego, c’est un bavardage mental, des questionnements, des ressassements, des problèmes qui tournent en boucle dans la tête.

L’intuition, c’est une idée, une illumination, une solution qui semble arriver de nulle part, une inspiration, un élan, une mise en garde positive, un message paisible, un ressenti d’évidence, de justesse.

En observant la nature de nos pensées et les sensations associées à nos voix intérieures, nous pouvons savoir s’il s’agit du mental ou de l’intuition.

Exemple : Dans quel métier vais-je m’épanouir?

En me posant cette question, qu’est-ce qui me vient à l’esprit ? « Je pourrais continuer à faire ce que j’ai toujours fait.», « Je pourrais reprendre la sculpture », « Oui, mais je ne pourrais pas en vivre », « Si je quitte l’entreprise, je pourrais envoyer balader mon chef», «J’aimerais faire ce que j’aime », « Je vais m’organiser pour pouvoir exercer ma passion », « Mais vais-je y arriver ? », etc.

Tous les messages qui commencent par « Oui, mais », « Et si… » « Peut-être que… » viennent du mental (ego). Tout ce qui nourrit notre orgueil, notre intérêt personnel exclusif est en provenance du mental. L’ego est à la fois un rabat-joie et un miroir aux alouettes (il nous fait miroiter des illusions).

Tout ce qui est serein et résonne au plus profond de soi provient de l’intuition. L’intuition va toujours dans le sens de ce qui nous fait grandir et nourrit nos vrais besoins.

Qu’est-ce que je ressens à l’idée de faire ce que j’aime? Une sensation positive ? Une ouverture ? Un élan de joie ? De la peur (mise en garde du type « vas-y, mais reste vigilante ») ? De la confiance ? Une forme d’évidence ? Est-ce que je me sens joyeux(se), mais tranquille?
Est-ce que je ressens de l’angoisse, de l’inertie, une oppression, de l’agitation, une avalanche d’autres questions… nous avons ici à faire au mental.

Si le doute persiste, nous pouvons poser nos questions :

  • Après avoir fait le calme en nous. Après avoir respiré pleinement, en fermant les yeux (au début, le moment idéal pour moi était, avant de m’endormir ou au réveil). Faire le calme revient à se mettre sur la fréquence de l’intuition, sage, calme et sereine.
  • Sans chercher à avoir une réponse immédiate. En laissant passer plusieurs jours (le temps que l’agitation du mental retombe).
  • En acceptant de ne pas avoir une réponse précise. Exemple : La réponse peut-être oui et demander une certaine prudence ou une préparation que je dois trouver par moi-même.
  • En gardant à l’esprit que “je sais, que la réponse est en moi”.

Un entraînement peut-être nécessaire parce que, sans doute comme moi, ni votre entourage ni l’école ne vous ont appris à identifier et vous servir de votre intuition.

Pour conclure cet article, mon intuition me fait entrevoir que plus ma conscience va grandir, moins je me poserais de questions, car je serais en totale harmonie avec ma sagesse intérieure.

Vous avez aimé cet article et vous pensez que d’autres personnes devraient le lire, likez et partagez.

BONUS : Une citation éclairée de Victor Hugo : « Le prolongement de l’intuition, c’est Dieu. Et c’est parce qu’elle est surhumaine qu’il faut la croire ; c’est parce qu’elle est mystérieuse qu’il faut l’écouter ; c’est parce qu’elle semble obscure qu’elle est lumineuse.”

Recherches utilisées pour trouver cet article :disernement de reve

Comments

comments

Auteur : Coralie

Thérapeute, auteur, sage femme des consciences et des rêves.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *