Comment définir ce que je veux pour le réussir?

Vous êtes plusieurs à me demander comment définir ses rêves lorsqu’on est perdu ou confus. Vous êtes aussi plusieurs à avoir déterminé vos objectifs et à vous demander pourquoi vous n’arrivez pas à les réaliser.

Comment définir ce que je veux pour le réussir?

Vous serez peut-être surpris si je vous dis que les réponses à ces deux questions sont communes.

Le point commun est la nécessité de tourner son attention sur ce qui nous anime profondément. Dans le premier cas (pas de rêve), nous n’avons pas accès à ce qui nous anime. Dans le second (nous n’arrivons pas à le réaliser), nous n’avons pas choisi un rêve qui nous fait vraiment vibrer. Qu’est-ce que cela signifie ? Voyons chaque cas avec plus de précisions.

Qu’est-ce qui m’empêche de découvrir ce que je veux et qui me correspond ?

• Cela peut venir tout simplement du fait de ne pas se poser la question suivante : qu’est-ce que je voudrais si tout était possible? C’est la réponse à cette question qui nous donne des étoiles dans les yeux et fait pétiller nos cellules. Les étoiles, les bulles, la chaleur, le sourire qui s’affichent sur notre visage nous signalent que nous avons le bon objectif … entendez l’énergie de la réussite.

Penser que nous n’avons pas le choix élimine d’emblée cette question. Ce qui nous amène au deuxième facteur :

• La croyance que nous n’avons pas de pouvoir sur nous et notre vie. Nos croyances et nos pensées sont la source de nos expériences. Rappelez-vous le processus de création dont j’ai déjà parlé : les pensées-croyances provoquent des émotions (agréables ou non) qui sont le carburant de nos actions. Par exemple, lorsque je pense que j’ai du pouvoir sur ma vie ou que j’ai le choix de ce que veux vivre, cela me fait ressentir de l’enthousiasme qui me donne l’énergie pour prendre des initiatives.

Nous avons tous la capacité de changer de pensées-croyances. Voulez-vous croire que vous avez ce pouvoir ?

• Un état d’esprit négatif permanent, c’est-à-dire des émotions négatives plus fortes que les positives qui bloquent l’inspiration. Cela nous plonge dans un état de confusion. Il est possible d’en changer en quelques minutes. Si c’est votre cas, cliquez ici avant de poursuivre la lecture de cet article.

• La routine et les habitudes sont également une source d’anesthésie du désir naturel d’accroissement (de liberté, de bien-être, de joie, de conscience, d’aptitudes, de qualité de vie, etc.).

• Une déception, une trahison, un évènement que nous considérons comme un échec, qui nous fait arrêter de croire en la vie. Les sentiments de déception ou de trahison plombent (annihilent) l’action. Là encore, il nous appartient de changer de pensées, de croyances, d’état d’esprit, de perspectives.

• Le deuil d’un proche ou d’une séparation (affective, professionnelle, etc.) qui nous empêche d’aller de l’avant et de nous projeter dans l’avenir. Faire l’exercice qui suit et cultiver des pensées ainsi que des émotions positives est un moyen d’avancer dans le processus de deuil.

• Parfois, nous rêvons de certaines choses que nous n’osons exprimer. Nous pouvons ressentir de la culpabilité à vouloir plus ou mieux lorsque nous pensons que nous avons déjà l’essentiel, voire plus. Je vous renvoie à la loi d’accroissement inhérente à la vie : tout ce qui est vivant s’accroit de manière spontanée. Tous les êtres humains aspirent à avoir plus de vie, d’émotions, de liberté, de vitalité, de moyens financiers, etc. parce que c’est un des buts de la Vie elle-même.

• Nous pouvons penser également que nous ne le méritons pas, que nous n’en valons pas la peine. Dans ce cas, il est nécessaire de commencer par booster son estime.

 

Qu’est-ce qui m’empêche de réaliser mes rêves alors que je les ai définis ?

• Des rêves qui ne nous correspondent pas. Des rêves qui s’avèrent être des illusions. Lorsque nous n’avons pas d’expérience, il est normal d’avoir des illusions, c’est-à-dire des désirs superficiels qui nous apportent du plaisir sans nourrir notre cœur et notre âme. Se tromper de rêves est nécessaire (et fréquent !) pour développer notre discernement et apprendre à écouter nos besoins profonds.

En effet, si notre objectif nous fait plaisir sans nous faire rêver, nous ne trouvons pas nos ressources, la motivation, la volonté, ni la détermination pour y arriver. Nos buts doivent nous faire vibrer. Nous devons ressentir la joie dans chaque cellule de notre corps rien qu’en nous imaginant le vivre.

J’ai aussi appris que ce n’est pas forcément l’accomplissement du désir ou du rêve qui me rend heureuse, mais de constater que je peux le faire. Je peux sortir de mes limites et accomplir ce qui me tient à cœur. Je ne suis pas enfermée dans ma vie ou ma personnalité.

C’est donc l’ensemble de ce que m’apporte mon rêve  – la conscience, la connaissance, la joie, le plaisir, plus de liberté, apprendre à reconnaître un rêve qui me correspond – qui importe !

• Ne pas accepter que notre rêve le plus cher ne peut parfois être découvert qu’au travers de la réalisation d’autres désirs intermédiaires. Si la pensée “je ne suis pas sûr d’y arriver” vous traverse l’esprit, vous avez entièrement raison! Comment être sûr de pouvoir faire quelque chose que l’on a jamais fait auparavant ?

Les échecs nous enseignent comment y arriver. Ce que l’on a fait – même en échouant – nous a appris des connaissances qui nous permettront de faire mieux (construire notre rêve) ensuite.

En focalisant son attention sur je ne suis pas sûr d’y arriver, nous ne pouvons y arriver. “Je peux le faire et je le fais” nourrit la réussite.

• Se fixer des délais trop courts. L’illusion du « tout, tout de suite » se répand en raison de nos outils technologiques de communication instantanée.

• Se tromper de technique ou ne pas appliquer correctement la méthodologie que l’on choisit.

• Abandonner au premier obstacle. Les difficultés sont les panneaux indicateurs des pensées-croyances que nous devons abandonner, donc des façons de faire (actions). J’ai adopté la croyance suivante : chaque expérience m’amène vers mon but, y compris lorsque j’échoue. Je tire les enseignements de mes échecs.

• La peur, d’être déçu, de perdre, d’échouer, du regard des autres, de ne pas être à la hauteur de ce que l’on attend de moi, etc.

Chaque petit pas est une pierre à l’édifice qu’est notre rêve.

 

Comment définir mes rêves ?

Voici une méthode que j’utilise depuis 20 ans et que je continue à utiliser parce que ce simple exercice a la faculté de transformer mon ressenti. Elle me permet aussi de voir si je me trompe de rêve ou de formulation.

Par exemple, si je veux plus d’argent pour développer mon activité ou sous-traiter des tâches, cette formulation ne me procure pas d’émotion stimulante. Cela m’oblige à préciser mon rêve (et non pas les moyens). Lorsque je trouve la bonne formulation, les moyens arrivent. La bonne formulation serait donc : je créé mon entreprise et je gagne tout l’argent dont j’ai besoin pour faire encore plus… [ce que j’aime].

C’est une méthode simple, accessible à tous. Elle convient à ceux qui ne savent pas ce qu’ils veulent comme à ceux qui cheminent déjà vers leurs rêves et qui ont besoin de faire le point.

1  À vos papiers et stylos. C’est la première étape de concrétisation : écrire noir sur blanc à la main.

2  Imaginez ce que vous feriez si vous aviez une baguette magique. Oubliez toutes vos croyances. Faites abstraction de vos expériences passées juste pour quelques minutes. Jouez à imaginer, au moins pour quelques instants, que tout est possible. Supprimez toutes les limites d’âge, de temps, de moyens, de capacités, de devoirs présumés, de contraintes familiales, professionnelles. Imaginez que vous êtes totalement libre.

Je sais que pour certains, cette seconde étape est difficile, car ils la trouvent puérile, utopiste… bref, irréaliste. L’idée, ici, est d’aller chercher l’inspiration au-delà des sources que nous connaissons déjà, celles-là mêmes qui nous maintiennent à l’écart de ce dont nous souhaitons profondément. C’est la raison pour laquelle nous avons besoin de sortir des conventions, des règles imposées ou établies, de nos pensées habituelles, de nos croyances réductrices, de tout ce qui nous conditionne.

Plus l’exercice nous semble difficile et ridicule, plus nous avons besoin de le faire ! Prenez-le comme un jeu, imaginez qu’un génie vous propose de réaliser vos vœux.

Ne vous souciez pas de vos supposées incapacités. Ne cherchez pas comment vous allez y arriver. Simplement, mettez tout ce qui vous vient à l’esprit sur le papier.

Ne cherchez pas à délirer, concentrez-vous sur ce qui vous correspond de manière intime en fonction de vos qualités, votre sensibilité, vos différences, vos goûts, ce qui fait de vous un être unique. Vous pouvez aussi vous appuyer sur vos accomplissements, vos qualités, vos forces, vos atouts, y compris les plus modestes.

Le but des rêves et des désirs est d’apprendre à être fidèle à soi-même. Pour les concrétiser, nous devons faire appel à ce que nous avons enfoui en nous. Nos ressources étouffées par nos conditionnements, nos blessures et nos peurs. Rares sont ceux qui parviennent à les dépasser du jour au lendemain (moi pas!). C’est un cheminement. C’est ce constat qui me permet de développer le courage, la patience et la persévérance. Le temps importe peu.

A vos marques, prêts, partez!

Qu’est-ce que vous aimez faire ? Y compris les choses les plus anodines… jardinage, bricolage, être avec vos enfants, créer, faire du sport, voyager, lire, jouer de la musique, etc.

Qu’est-ce qui vous rend heureux ? Je suis bien quand je…

Qu’est-ce qui vous donne de l’enthousiasme ?

Allons plus loin…

Comment serait votre quotidien si tout était possible ? Laissez de l’espace entre vos réponses.

• Votre personnalité (qu’aimeriez-vous apprendre,  quelle peur voudriez-vous dépasser, quelles qualités voudriez-vous développer, quel défaut voudriez-vous diminuer ? etc.)

• Votre santé, vitalité, bien-être.

• Vos relations familiales, amicales.

• Vos relations avec votre compagne/compagnon (que vous l’ayez rencontré ou non).

• Votre travail, que feriez-vous si vous étiez sûr(e) de réussir ? Si vous aviez tous les moyens dont vous avez besoin pour le faire ?

• Vos loisirs, voyages.

• Vos désirs matériels, votre lieu de vie, votre argent.

• Ce que vous apporteriez aux autres, à la société, à votre entourage, au travers de votre travail, votre simple présence, vos dons, votre créativité, vos actions ?

3 Relisez-vous et prêtez attention à ce que vous ressentez à chacune de vos réponses. Inscrivez en face de chacune, le délai que vous vous fixez pour réaliser ces souhaits. Soulignez ceux qui sont en cours de réalisation ou pour lesquels vous avez déjà des atouts et/ou pris des initiatives.

Choisissez ensuite trois priorités que vous aimeriez réaliser d’ici un an. Qu’est-ce qui vous stimule au point de vous faire déplacer des montagnes ? Qu’est-ce qui vous fait le plus vibrer dans votre liste ?

4 Réécrivez ces trois désirs sur une nouvelle feuille/page et décrivez :

  • pourquoi vous voulez cela,
  • ce que cela représente pour vous,
  • ce que cela vous apporterait,
  • ce que vous ressentiriez en le vivant.

5 Inscrivez ensuite tout ce que vous pourriez faire pour les accomplir. Là encore, notez tout ce qui vous vient spontanément à l’esprit.

Listez toutes les initiatives qui peuvent vous aider à trouver les actions à mener pour faire progresser vos souhaits (recherches sur Internet, méthodologies et stratégies appropriées, rencontres de gens ayant déjà accompli ce que vous souhaitez, formations sur les connaissances ou compétences dont vous allez avoir besoin, visite du lieu de vie que vous convoitez, livres spécialisés sur le sujet, prospection, etc.)

Définissez un planning (sur 3 à 6 mois) pour accomplir tous ces petits pas, en commençant aujourd’hui.

6 Faites un montage de photos et/ou dessins qui symbolisent vos objectifs et placez-le à un endroit où vous allez le voir plusieurs fois par jour. Cela va peut-être sembler inutile à votre « penchant pragmatique », mais ce tableau est important et efficace dans le processus de création. Il fera émerger vos ressources, votre motivation et votre persévérance. Il vous aidera à visualiser vos objectifs. Il tournera votre attention sur ce que vous voulez.

Tout ce sur quoi je tourne mon attention grandit.

7 Au fur et à mesure de vos avancées, notez tous vos progrès, prises de consciences, résultats. Faites-vous un dossier/carnet/cahier dédié à vos accomplissements.

8 Relisez et visualisez régulièrement vos notes. Ressentez chaque jour les bienfaits que vous apporte la visualisation de vos objectifs. Si votre énergie baisse, révisez-les le cas échéant et surtout continuez à agir tous les jours.

Cet exercice est très puissant. Il marche si vous faites chaque étape avec tout votre cœur. Faites-le et vous découvrirez ainsi VOTRE chemin vers VOS rêves, puis partagez vos questions, les effets positifs et vos prises de conscience dans les commentaires.

À vous de jouer !

Partagez cet article à ceux que vous aimez, avec les boutons juste en dessous!

Recherches utilisées pour trouver cet article :définir ce que je veux

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *