Vous êtes là où vous devez être ici et maintenant. Ce que vous vivez a un sens et sa raison d’être.

Ces mots vous font-ils du bien ?

Si vous avez l’impression que vous n’avez pas voulu ce que vous vivez, une partie de vous sait pourquoi vous la traversez. Et cette partie s’appelle « inconscient ».

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, votre inconscient sait. Il sait parce qu’il est relié à l’Intelligence supérieure qui régit la vie. L’inconscient en fait partie. Il n’est pas séparé.

L’inconscient contient des informations. Il contient la connaissance, mais celle-ci est cachée ou voilée provisoirement. Comme la nuit cache le jour. Comme les nuages cachent le soleil.

Notre inconscient est une manifestation supplémentaire de la perfection de la vie : même ce qui est non connu des êtres humains (l’inconscient), est régie par l’Intelligence supérieure de la Vie.

Ainsi, nous ne sommes pas parachutés dans la vie, largués, livrés à nous-mêmes. C’est notre inconscient qui prend le relais sous la direction de l’Intelligence supérieure de la Vie.

Tout est sous contrôle.

On respire donc. On se détend. On peut lâcher prise.

Nous avons une connaissance si limitée de la vie, de l’univers, de ce qui nous anime au plus profond, de l’équilibre, de la maladie, de l’amour, des autres formes de vie.

Cette connaissance réduite, c’est ce qui est non connu, inconscient.

Et pourtant, il y a un ordre parfait dans tout ce qui existe, comme on le constate dans la constitution du corps humain ou dans la nature en général.

Le corps est capable de résister aux agressions, à la pollution, à une nourriture dépourvue de vitamines ou de minéraux indispensables à son équilibre, au stress, aux pensées négatives, aux ressassements, etc. Le corps et l’esprit sont capables de guérir, de cicatriser, de résilience, de transmutation.

La nature aussi est parfaitement conçue. Tous les règnes sont reliés et complémentaires : le minéral -la terre- qui nourrit et soutient le végétal, qui fait de même avec l’animal, puis l’humain.

Et l’humain prend soin de la terre (est censé…), l’animal entretient la nature, la fertilise, le végétal consolide et régénère la Terre – le minéral.

Ces 4 règnes interagissent en permanence. Ils sont indispensables les uns aux autres. La rupture de cet équilibre entraine les dysfonctionnements que l’on constate aujourd’hui.

Mais revenons à notre sujet.

Ce que nous vivons est juste. Ce n’est peut-être pas agréable, nous ne nous sentons peut-être pas libres ou même en souffrance, mais c’est juste parce que c’est le reflet des blocages qui sont en nous : ce que nous avons à dévoiler pour nous en libérer.

Rappelez-vous : si vous avez l’impression que vous n’avez pas voulu ce que vous vivez, une partie de vous sait pourquoi vous la traversez. Et cette partie s’appelle « inconscient ».

Notre inconscient provoque des circonstances et des blocages pour que le non connu se révèle à la conscience, pour l’ombre passe dans lumière.

Et si nous ne savons pas encore quoi faire pour revenir à l’équilibre, c’est OK. Si nous faisons de notre mieux sans y parvenir, c’est OK aussi. Nous faisons ce que nous pouvons faire aujourd’hui.

Parfois, notre mal-être est si grand qu’on en vient à se juger, se culpabiliser, désirer être ou faire autrement, être ailleurs et non plus ici et maintenant. 

En réalité, les solutions et la paix sont ici et maintenant. Dans le présent, dans notre ressenti, dans notre respiration. Dans le calme et la tranquillité toujours présents, juste-là derrière les ressassements, les jugements et autres pensées négatives.

Dans l’acceptation totale de la situation qui ne nous convient pas. C’est grâce à cela qu’on créée de l’espace pour que la conscience apparaisse. C’est grâce à cela qu’on libère l’énergie pour accéder à ce qui nous convient.


Considérez aussi cela :

Souvent, nous ne pouvons découvrir ce qui nous correspond – ce que notre cœur désire – qu’en faisant l’expérience inverse dans notre chair.

Si je souhaite être libre et exprimer ce qui me fait vibrer (sans pouvoir l’identifier), c’est en faisant une activité que je n’aime pas et en ayant des comptes à rendre que je vais prendre conscience de ce que je veux et de mes vrais besoins. 

Parfois, on a besoin de vivre des expériences que l’on redoute pour se rendre compte que ce n’était pas si pénible que cela et apprendre de nouvelles ressources ou capacités.

Si je suis dépendante affective et que je redoute la solitude, c’est l’expérience de la solitude, en étant célibataire, qui va me permettre de réaliser que je continue à exister seule et m’apporter l’autonomie dont j’avais besoin. 

Dernier point : c’est en réalisant que nous ne sommes victime de personne et encore moins la fatalité ou de notre histoire (seulement de notre ignorance) que l’on peut trouver le pouvoir de transformer notre vie.

C’est cette prise de responsabilité qui donne de la visibilité et du pouvoir sur soi.

C’est cette conscience qui nous rend capables d’utiliser à bon escient notre capacité de choisir et de décider.

Regardez autour de vous, toutes les personnes qui se sentent et se positionnent en tant que victimes, elles sont pieds et mains liés. En se croyant victimes, elles renforcent et nourrissent leurs problèmes.

Parmi les croyances et superstitions les plus répandues, il y en a une qui dit qu’un vieux sage barbu (souvent appelé Dieu), posté sur un nuage, donne des bons points, des punitions, ouvre les portes du paradis ou de l’enfer.

Et si ce n’était qu’une interprétation déformée de notre ressenti, de notre culpabilité. Notre ressenti, c’est que chaque cause entraîne un effet. C’est une loi physique. C’est ce que nous ressentons parce que nous le vérifions tous au quotidien.

Tout acte, geste, pensée, émotion, parole, croyance (consciente ou non, juste ou fausse) entraine une réaction de nature et d’intensité équivalente. Par conséquent il n’y pas de hasard.

Exemple : des pensées négatives dès le réveil, même inconscientes, engendrent des problèmes et des contrariétés tout au long de la journée.

Notre système corps-esprit est un système actif et créateur à chaque instant, que l’on en soit conscient ou non, que l’on dorme ou que l’on soit éveillé.

A chaque instant nous sommes en train d’émettre de l’énergie – que sont nos croyances, nos pensées, nos émotions -.

Ces informations énergétiques interagissent en permanence avec l’énergie de l’Intelligence supérieure dans laquelle nous baignons.  

Selon leur nature et leur intensité, ces informations créent ou engendrent des réponses énergétiques équivalentes que l’on va constater en nous et dans notre vie.

Par conséquent :

Si je broie du noir, je fabrique des problèmes.

Si je suis en colère, j’attire de l’agressivité, des conflits.

Si je crois que je suis capable de …, je créée des opportunités.

Si je suis consciente de créer grâce à mon énergie (que je cultive en moi), je vis ce que je choisis de vivre.

Si nous avons ce pouvoir (trop souvent inconscient) de créer les circonstances, pourrions-nous être ce Dieu que nous cherchons et idéalisons à l’extérieur de nous ?

Si nous faisons partie de la vie, pouvons-nous être dépourvus de cette Intelligence supérieure qui régit la vie, notre corps, notre esprit et notre vie ?

Bonne méditation, chers divins lecteurs

Lien vers webinaire sur comment attirer la chance ou la magie de la vie

Lien vers le livre audio Libérez les blocages de votre vie : 21 mini vidéos, exercices et méditations guidées inédites (prix cadeau 47 euros).

Vos commentaires, témoignages, ressentis sont les bienvenus. Partagez l’article à ceux que vous aimez.

Retrouvez votre paix intérieure en quelques instants
Étiqueté avec :    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *