Votre exercice préféré : lâcher prise

Lâcher prise pour accéder à son intuition

La semaine dernière, j’étais confrontée à un problème technique avec mon blog. Le passage en https pour les intimes. Ce transfert demande une certaine connaissance technique que je n’ai pas. Jusqu’à maintenant, en cherchant, j’ai toujours trouvé (au prix de quelques soirées d’arrachages de cheveux !). Cette fois, ma petite voix m’a dit, « respire un grand coup, laisse tomber, ne cherche pas à le résoudre, attends les solutions. »

Et des pistes sont arrivées : le jour même, la confirmation du ressenti qu’il ne fallait pas que je m’en occupe directement. Puis, est arrivée l’idée de quelqu’un qui pourrait m’aider et que j’ai contacté. Il ne m’a jamais rappelé.

Le troisième jour, la solution est arrivée par mon réseau de collègues blogueurs à qui je n’avais rien demandé. L’une d’elles à cité le nom d’un prestataire informatique spécialisé. Je l’ai contacté. Cette personne a réglé le problème en deux heures et m’a permis de faire d’autres adaptations techniques nécessaires (dont je n’avais pas connaissance).

Sans doute, comme moi, vous avez déjà fait cette démarche dictée par votre intuition. Rien d’extraordinaire…. Si ce n’est que cela peut vraiment alléger la vie si on l’applique de manière systématique.  J’ai eu envie de faire un article à ce sujet, car je sens cette pratique profondément juste. L’engouement des followers m’a confirmé qu’elle l’était.

J’ai eu aussi envie de faire quelques précisions en lisant certaines demandes. Cette technique marche. Et pas seulement avec les petits soucis matériels. Cependant, si notre demande est illusoire ou si nous bloquons la situation, elle ne peut pas s’appliquer.Je reprends tout depuis le début.

L’exercice consiste à mettre le problème hors de soi afin de laisser l’énervement du mental retomber. Il s’agit de se rendre réceptif à son intuition et aux signes extérieurs afin de pouvoir agir de façon optimale.

Il suffit donc de le formuler puis de ne plus rien faire. Certains voudront écrire ce qu’ils souhaitent puis laisser la feuille à distance pour quelques heures-jours.

La gestion des problèmes par le mental ne peut aboutir seule, ou pas de façon durable. Nous ne pouvons nous passer de la sagesse de notre intuition. Pourquoi « sagesse » ? Parce qu’elle relève de la conscience supérieure, celle située avant le mental.

Nous naissons avec la conscience supérieure. Le mental fait partie de nos outils. Il se développe après la naissance. Son support physique est le cerveau.

Sans le mental, impossible de canaliser ou d’exprimer avec le langage, notre conscience supérieure. Autrement dit, nous avons besoin du corps et du mental, en tant que supports et outils, mais il vaut mieux que le pilote soit la conscience supérieure, si vous voyiez ce que je veux dire !

Le mental n’a pas la hauteur, le recul à l’origine de la sagesse de la conscience supérieure. Il appartient au monde physique limité. Par conséquent, le mental prend souvent le problème du mauvais côté ou complètement à l’envers. Exemple : « je n’ai pas le temps pour m’occuper de moi », dit le mental. « Il n’y a que toi qui puisses choisir de le faire, organise-toi », dit la sagesse. Le temps n’est pas le problème. Nous avons tous le même, c’est une question de choix, de décision et d’organisation.

Lâcher prise pendant quelques jours, une semaine ou plus, permet donc de s’ouvrir à d’autres perspectives et solutions que celles que nous avons toujours envisagées. Cela ne consiste pas à faire l’autruche ou à se laisser aller, mais bien à choisir de sortir de l’emprise du mental limité.

De la précision

De nombreuses personnes ont indiqué ce qu’elles souhaitaient de manière trop large. Par exemple : « je veux être heureux ».

Qu’est-ce que le bonheur pour vous ? C’est très vaste et subjectif ! Est-ce la béatitude permanente ? Ne plus avoir de problème ? Le fait de se sentir aimé ou d’aimer ? De se sentir en paix ou joyeux? Il est beaucoup plus difficile de trouver quelque chose que nous ne pouvons pas définir, que ce dont nous avons une idée claire. Préciser nos souhaits permet de découvrir ses illusions. Par exemple, beaucoup de gens attendent que quelqu’un ou quelque chose les rendent heureux. C’est possible ponctuellement par rapport à des circonstances particulières, mais pas sur le fond. La félicité vient de soi.

Autre exemple : « je veux de l’argent ». Nous l’avons déjà vu dans d’autres articles que vouloir de l’argent n’attire pas l’argent ! Nous voulons tous de l’argent et souvent surtout pour combler la peur du manque ou ne plus en ressentir la pression. La demande dans ce cas est « arrêter d’avoir peur de manquer » et non pas « vouloir de l’argent ».

Nous pouvons vouloir de l’argent pour réaliser quelque chose (se loger, faire un tour du monde, régler ses dettes, participer aux études de ses enfants). Dans ce cas, il est nécessaire de le préciser. Trouver l’argent nécessaire pour un projet particulier permet d’attirer les solutions.

Arrêter d’entretenir (nourrir) le problème

J’ai également reçu des messages privés, précis, où des gens souhaitaient se libérer de problématiques où étaient impliquées plusieurs personnes.

« Est-ce que lâcher prise sert à quelque chose lorsque plusieurs personnes sont engagées dans une problématique ? » Oui ! Imaginez que le problème soit symbolisé par une corde. Chaque protagoniste tire la corde, défendant son point de vue et ses intérêts, entretenant la tension. Si je lâche mon bout de la corde, les autres tirent entre eux ou l’autre tire dans le vide… adieu tensions.

Cela demande cependant un gros travail sur soi. Avant d’en arriver là, comprendre que les émotions négatives non reconnues ou non-exprimées forment un blocage énergétique peut favoriser un déclic. Lorsque nous hébergeons de la colère ou de la haine, on a beau tout faire techniquement pour résoudre le problème… il existe toujours parce que nos émotions l’entretiennent.

Il existe différentes manières d’exprimer ses émotions négatives, sans tout casser ou les déverser sur les autres. La peur, la colère, la rancune, le ressentiment, la jalousie, la haine doivent être reconnus et exprimés. De cette façon, la charge énergétique se désintègre.

Il n’est pas nécessaire de dire ses 4 vérités aux intéressés. En prenant conscience de ses émotions, en nous autorisant à les ressentir, en les nommant ou en les dessinant, par exemple, nous les mettons hors de nous et au mieux nous les dissolvons. Les solutions, un autre éclairage peuvent arriver pour qu’une avancée, un progrès puisse se faire.

Lorsque nous sommes en mesure de pardonner aux autres et à soi-même, nos erreurs de jugement, la souffrance provoquée, nous savons que les émotions sont dissoutes. Nous n’en serons plus le jouet.

Une autre option ponctuelle consiste à visualiser le problème réglé et en ressentir tous les bienfaits dans son corps.

Faites l’expérience, c’est très puissant!

J’espère que ces précisions vous aideront à aller plus loin dans l’art de lâcher prise! Ne serait-ce que ponctuellement dans un premier temps. J’espère qu’elles vous permettront d’entendre les messages de votre conscience supérieure et de dire gentiment à votre ego : « oui, je t’ai vu. Maintenant couché, à la niche ! »

Si vous avez aimé cet article, likez. Si vous avez envie de le partager, utilisez les boutons, là juste en dessous. Merci de m’avoir consacré votre temps pour lire ce message.

Comments

comments

Auteur : Coralie

Thérapeute, auteur, sage femme des consciences et des rêves.

3 pensées sur “Votre exercice préféré : lâcher prise”

  1. Coucou,
    Voilà un article très intéressant ! Cela dit ce n’est pas évident de lâcher prise je trouve !
    Bonne soirée 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *