Ma vie s’est transformée quand j’ai commencé à m’aimer : comment s’aimer ?

 

On me l’a dit « aime-toi, la vie t’aimera », mais je n’y arrive pas.

Je sais que c’est le sésame. Je ressens au plus profond de moi que c’est LA baguette magique, sans savoir pourquoi.

Pourtant m’aimer reste un mystère. Comme une grande inconnue, quelque chose qui m’échappe. Et même si je savais concrètement comment faire, quelque chose m’en empêche. Aimer, c’est évident, alors pourquoi ça peut devenir si compliqué ?

J’ai l’impression de tourner en rond. Ma vie est bloquée sur pause !

Voilà ce que j’ai ressenti pendant des années… Étouffant, frustrant et fatiguant.

Jusqu’au jour où j’ai décidé de me donner ce dont j’avais envie. Vraiment envie. Je m’étais abstenue pendant des années parce qu’on m’avait dit que cela s’appelait « égoïsme ». Et si j’étais égoïste, je serais jugée, rejetée. Je ne serais plus aimée.

Ce dilemme, je l’ai résolu lorsque j’en ai eu assez de faire ce que l’on attendait de moi. De toujours me faire passer après les autres ou de courir après leur approbation. De mendier un peu de reconnaissance ou d’amour. Parce que je me suis rendu compte que, même lorsque j’en obtenais, ça ne me suffisait jamais. J’étais comme un puits sans fond.

Le jour où j’ai dit stop, les supérieurs hiérarchiques que j’avais laissé abuser de mes services ou de ma faiblesse ont disparu. J’ai aussi envoyé balader certaines des obligations que je m’imposais, comme prendre sur moi. Premier cadeau !

Ensuite, j’ai décidé de m’offrir ce dont j’avais besoin : du temps, du repos, découvrir de nouvelles disciplines pour m’occuper de moi (relaxation, sophrologie, yoga, méditation, natation). De me faire masser. D’aller voir mes amis en Espagne. De passer du temps avec ma famille.
Je ne croyais pas, à l’époque, pouvoir faire ça toute ma vie (« c’est de la folie »), alors je m’étais fixé 6 mois pour me « lâcher ». Deuxième cadeau !

C’est en faisant tout cela que j’ai réalisé que m’aimer était simple et que c’était bien ça qui changeait tout.

Ce sont ces deux cadeaux qui ont commencé à transformer ma vie.

À partir de là, tout ce qui était bloqué à commencer à se libérer. Des portes se sont ouvertes. De nouvelles idées me sont apparues et les opportunités qui allaient avec se sont présentées. Je le pressentais : baguette magique !

Sans me poser de question, j’ai suivi l’évidence – être fidèle à moi-même – et la vie que je souhaitais vraiment s’est dessinée à l’horizon.

Avant, je n’étais pas fidèle à mes besoins ou mon inspiration parce que 1) je ne les connaissais ou ne les écoutais pas. 2) ma priorité était d’être aimée des autres.

Pour moi, l’amour devait venir de l’extérieur, comme quand j’étais enfant. J’attendais désespérément de l’extérieur ce que j’avais à choisir de l’intérieur. Personne ne me l’avait expliqué !

Être fidèle à moi-même était un premier pas qui avait l’avantage de me procurer des bienfaits immédiats. J’en ai fait mon repère, mais cela ne m’a pas empêché de douter ou de rencontrer encore des obstacles.

Des difficultés qui me signalaient mes zones d’ombres… les manques et blessures que je ne voyais pas encore, ou plutôt la profondeur et les différentes facettes de mon puits sans fond d’amour.

Mais plus j’avançais, plus je laissais entrer de la lumière.

Troisième cadeau qui me montrait la voie : reconnaître mes failles, mes défauts et mes blessures pour rassembler tous ces inacceptables bouts de moi écartelés… dispersés à tous vents.

Comment être soi, comment s’aimer, comment réaliser ses rêves (qui on est), lorsqu’on est morcelé par ce que l’on refuse de voir pour ne pas souffrir davantage ?

Si j’ai fait de mon mieux à ce jour pour me « reconstituer », le chemin n’est pas terminé. Et cela ne fait pas non plus de moi un être adorable ! Non, non. J’y ai renoncé !

Hier encore, je me suis trouvée intransigeante et rigide en parlant avec mon mari. Je me suis vue et j’ai souri.
J’avais le choix soit de m’accuser, de me juger ou de me donner le droit de l’être et de constater que je continuais à exister !

Depuis que j’aime « mes trop » et « mes pas assez », mes excès ou mes faiblesses, ils se transforment d’eux-mêmes. Je n’ai pas besoin de faire d’efforts ou d’apprendre à être autrement, la conscience et l’acceptation font le boulot.

Voir, c’est être conscient et la conscience, c’est de l’amour.

Je suis si reconnaissante de tout ce que mon cheminement me permet de vivre. J’ai de la gratitude pour tout ce que la vie met à ma disposition : ce que je suis, les outils et les panneaux indicateurs. Et plus j’en suis consciente, plus je le ressens, plus je suis inspirée, plus je crée, plus je me sens vivante.

Gratitude = reconnaissance = conscience = liberté

Si je vous partage tout cela, c’est parce que la destination est la même pour tous : s’aimer ! Chacun emprunte son propre chemin en fonction de sa nature, son histoire et ses blessures.

Les clés du jour

Dans mes articles, j’ai l’habitude de vous proposer des clés à mettre en pratique dans votre vie. Aujourd’hui par exemple, ça donnerait :

  • Si vous sentez que votre chemin est bouché, commencez par vous donner ce que vous offrez aux gens que vous aimez par-dessus tout : de l’attention, de la présence, de la bienveillance, patiente, tendresse, indulgence. C’est ce qui vous donnera les moyens (dans tous les sens du terme) pour libérer l’embouteillage.
  • Prenez le temps d’écouter vos besoins et d’y répondre. Personne ne peut savoir mieux que vous ce dont vous avez besoin. C’est vous le maître à bord ! Commencez par ce qui est le plus évident et accessible.
  • Soyez fidèle à vous-même (vos besoins, différences, particularités, votre singularité, votre intuition).
  • Reconnaissez vos qualités, vos talents ET vos défauts, vos manques, tout ce que vous ressentez pour qu’ils s’apaisent et deviennent des forces à la fois.
  • Il n’y a pas d’être humain parfait ou idéal ! Ce sont nos atouts et nos imperfections qui font notre couleur, la nuance nécessaire à l’ensemble de l’humanité pour qu’elle soit complète. Ce sont toutes nos différences qui font notre beauté et notre singularité.
  • La gratitude (reconnaissance = conscience) est un raccourci vers l’amour.

Questions…

→ Allez-vous utiliser ces clés : en faire quelque chose dès aujourd’hui dans votre vie ?
→ Vous sentez-vous en mesure de les mettre en pratique ?
→ Allez-vous en tirer quelque chose de constructif (prise de conscience, une impulsion)?
Je constate que c’est rarement le cas, car la plupart de mes lecteurs se retrouvent engloutis par leur quotidien 48h après avoir lu un article !
Est-ce votre cas?!
Aujourd’hui, ma proposition est la suivante :  je vous prends par la main avec 5 vidéos et 5 exercices pour y voir plus clair sur les obstacles, mettre de la lumière dans votre puits sans fond, sur une période de 20 jours où vous pouvez poser vos questions  sur une plateforme sécurisée réservée aux participants.

 

Les cours demandent environ 1h30 par semaine et vous pouvez écouter les vidéos et faire les exercices à votre rythme, confortablement installé chez vous.

En vous engageant, au mieux vous aurez des résultats concrets, au pire ce travail déclenchera un processus de transformation grâce à vos prises de conscience pendant ces trois semaines consécutives.

Vous ne vous sentez pas prêt-e ? Vous avez peur ? Connaissez-vous le message de la peur ? « Rassure-toi en faisant ce qui va te rassurer pour la dépasser.»
Ce cours est conçu pour vous apporter les connaissances pour éclairer votre chemin et découvrir ce qui bloque afin que vous avanciez en conscience.

Si vous sentez que cet article a fait vibrer quelque chose en vous, cliquez  pour découvrir la vidéo de présentation du cours.

A très bientôt,

PS : pas besoin d’exploser, inutile d’attendre d’être complètement déprimé, pas obligé de souffrir pour transformer votre vie. Vous pouvez commencer à changer les choses dès aujourd’hui.

Auteur : Coralie

Thérapeute, auteur, sage femme des consciences et des rêves.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *