Comment oser faire ce que j’aime me simplifie la vie et m’apprend à être juste moi-même ?

C’est vers l’âge de 26 ans que je me suis rendu compte que quelque chose ne tournait pas rond chez moi ! Je faisais un métier qui ne me correspondait plus. Je n’étais ni heureuse ni malheureuse. Je n’étais jamais épanouie dans mes relations amoureuses. J’étais mal dans mon corps. J’avais envie de faire autre chose, de trouver ma place, mais sans avoir aucune idée de quoi.

J’ai essayé de changer de boulot (dans le même secteur d’activité), cela n’a pas abouti. Je me suis ouvert à d’autres personnes, rencontres… pas de « prince charmant » à l’horizon.

Deux ans plus tard, un jour où j’étais excédée, j’ai quitté l’entreprise où j’étais salariée sans savoir où j’allais. J’ai fait mes comptes. J’ai décidé de prendre le risque de faire ce que j’aimais et de m’occuper de moi pendant 6 mois. 

Cette simple décision m’a ouvert de nouvelles perspectives. Très vite des portes se sont ouvertes : de nouvelles rencontres avec de vrais échanges, des découvertes d’activités inconnues comme le yoga, la relaxation, le massage, des missions en freelance très bien rémunérées où je restais libre de mon emploi du temps, des opportunités inattendues comme un partenariat avec le Club Med et l’écriture d’un premier livre.

Force était de constater que plus je m’autorisais à faire ce que j’aimais, plus je me sentais bien, plus je réussissais ce que j’entreprenais. Plus j’arrivais à exprimer ce que je ressentais (sans me censurer ni jouer de rôle), plus ma vie devenait fluide. Plus je prenais le risque d’aller vers ce qui me faisait peur (l’inconnu) ou de « déraisonnable », plus je me sentais en accord avec moi-même, forte et confiante. Tout semblait donc lié.

definis-ce-qui-est-important-pour-toi-et-fais-le

En avançant, j’ai compris que pour réaliser mes propres rêves (pas ceux des autres ou des pubs à la télé), il me « suffisait » d’être moi-même. J’ai saisi cela seulement lorsque j’ai pris conscience que je jouais un ou des rôles pour être appréciée (me sentir appartenir à un groupe familial, amical, professionnel, social). Par exemple, j’avais été vers le commerce international par fidélité familiale et pour voyager, mais le démarchage commercial n’était pas mon truc. Il m’a fallu du temps pour voir que :

  • je m’imposais des obligations pour faire plaisir aux autres et pour être aimée.
  • je pensais à tort que je ne pouvais pas faire autrement (« je n’ai pas le choix »).
  • j’étais persuadée de ne jamais faire assez bien, ou je n’accordais aucune valeur à ce que je faisais.
  • je pensais n’avoir aucun talent ou don particulier.
  • je ne m’aimais pas.

C’est en osant faire ce dont j’avais vraiment envie, que j’ai pu laisser tomber petit à petit mes idées préconçues, mes fausses croyances, mes préjugés, mes obligations.  Je me suis débarrassée de ce qui n’était pas moi et qui m’emprisonnait.

Je n’avais pas besoin d’être mieux, plus ceci ou moins cela. J’avais juste besoin de me délester de ce qui m’empêchait d’être moi.

Si j’ai pu prendre conscience des obstacles que j’entretenais, c’est parce que -ne supportant plus de continuer ce que faisais- j’ai choisi de faire ce que j’aimais. J’ai réalisé un premier rêve (à l’époque j’aurais dit « une folie ») : 6 mois sabbatiques. Et à partir de cette expérience, j’ai commencé à m’aimer et à réussir ce que je voulais vraiment.

En définitive, j’ai toujours été moi-même! Avant mes 26 ans, j’étouffais avec des devoirs et des interprétations erronées que je ne voyais pas. Pour avoir l’approbation des autres (c’est le sort de tous ceux qui n’ont pas confiance en eux).

Ce que je voulais vraiment était déjà inscrit en moi, dans mon cœur et dans mon âme (je n’y allais pas souvent!). Mon intuition me le disait mais je ne l’écoutais pas ou je ne lui faisais pas confiance.

J’avais déjà les moyens et les ingrédients pour réaliser ce qui me correspondait : mes différences, ma vision, ma sensibilité, mes compétences, mon histoire. Je n’en étais pas consciente!

J’avais déjà les outils nécessaires : ma conscience, mes pensées, mes émotions, mon libre arbitre, mes tableaux de bord. Je ne connaissais pas leur lien. Je ne savais pas m’en servir (cf. le Guide à télécharger là juste à droite)! J’ai mis du temps à apprendre et ce blog est fait pour que vous alliez plus vite que moi.

Ce sont les expériences (rêves) que j’ai choisi de faire qui m’ont fait prendre conscience de ce que j’étais vraiment, mais que je ne voyais pas. C’est cela qui m’a permis d’accéder à la simplicité joyeuse de la vie. Je suis entrée dans un cercle vertueux où les choses sont légères et fluides. Dans ce contexte, apprendre et surmonter les limites que j’ai encore à dépasser est beaucoup plus facile et stimulant.

Si vous souhaitez en savoir plus, inscrivez-vous à tupeuxlefaire.com (je ne peux pas tout dire en article, c’est pour cela que j’ai fait un blog !).

Recherches utilisées pour trouver cet article :comment oser faire des choses

Comments

comments

Auteur : Coralie

Thérapeute, auteur, sage femme des consciences et des rêves.

2 pensées sur “Comment oser faire ce que j’aime me simplifie la vie et m’apprend à être juste moi-même ?”

  1. Partage inspirant. Oui en fait, comme dit le proverbe : ” Changer, ce n’est pas de devenir une autre personne. C’est apprendre à embrasser pleinement qui on est et s’accepter tel que l’on est. “

    1. Tout à fait… Si difficile et si simple à la fois!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *