Comment écouter son cœur pour prendre les décisions qui nous correspondent ?

 

Avez-vous déjà rêvé d’avoir un guide fiable pour vous aider à prendre des décisions importantes ? Ce serait tellement génial que cela peut sembler irréel !

En fait, c’est déjà le cas. Nous sommes tous équipés d’un guide tout à fait fiable : notre cœur. Il communique avec nous de différentes manières. Tout ce que la vie attend de nous, c’est d’apprendre à reconnaître son expression. A l’écouter afin de pouvoir grandir dans les meilleures conditions chaque jour de notre vie.

Reconnaître l’expression de son cœur.

Cela peut se résumer de la façon suivante : comment distinguer la voix du cœur de celle du mental ?

Le mental s’exprime d’abord au travers de la pensée. Le monologue intérieur, vous connaissez ? Pourquoi tu as fait ça ? Qu’est-ce que tu es bête ! J’aurais dû, j’aurais mieux fait de… Il accuse. Il juge. Il reproche. Il analyse. Il calcule. Il ne nous laisse jamais tranquille.

La voix du cœur utilise aussi le canal de la pensée (mais seulement pour faire passer ses idées, suggestions, inspirations). D’où la confusion entre les deux.

Il utilise plutôt la première personne. Et si je reprenais le yoga. Je pourrais téléphoner à untel. Je pourrais réaliser telle chose qui me tient à cœur. Et si j’osais faire …

Le cœur s’exprime aussi de manière différente : sous forme de ressenti, d’images, d’inspirations, d’élans spontanés, par exemple. Il s’exprime dans tout le corps au travers de frissons, larmes de vérité (quand les messages sont perçus avec précision) et surtout d’une paix profonde qui vient de l’intérieur.

La voix du mental pose des questions qui génèrent d’autres questions. Le mental – expression de l’ego – nourrit les problèmes ou complique les choses. Il fait culpabiliser. Il accentue les émotions négatives. Étant donné qu’il cherche toujours à avoir raison et le dernier mot, il analyse les messages du cœur. Il crée ainsi un conflit intérieur (quelque chose qui semble contradictoire).

Le mental créé des pensées (puis mouline et tourne en rond), tandis que le coeur envoie des idées. Pour entendre le coeur, il faut faire taire le mental. 

Attention, le mental n'est pas l'ennemi à abattre. Lorsque nous n'avons plus nos facultés mentales, les choses deviennent très compliquées! L'outil mental permet aussi d'être conscient. 

Le mental a donc juste besoin d'être instruit et guidé par le cœur.

Le cœur propose des visions qui nous donnent de l’enthousiasme parce qu’il est la voix de notre âme. Il nous reconnecte à ce que nous sommes vraiment. Il donne des directions constructives. Il nous invite à faire ce qui nous correspond. Ses propositions nous font ressentir la paix.

Le cœur va droit au but. Il ne se soucie pas du « comment » parce que le cœur est relié à l’intelligence supérieure qui anime la vie. Il sait que les solutions arrivent grâce à cette même intelligence, une fois que l’on s’est choisi.

Nouvelle note

Je n'en fais qu'à mon coeur. Auteur inconnu

Écouter et faire confiance à la voix de son coeur

Bien sûr, cette présentation est caricaturale, mais résonne-t-elle en vous ? Pour s’en rendre compte, il est nécessaire de prendre du recul pour observer la nature des propos qui s’invite dans notre tête.

Nous pouvons commencer par nous demander « qu’est-ce que je veux ? » Et dans ce cas, comme dans celui où nous avons à prendre une décision importante, des idées et des sensations apparaissent en nous. En réalité, elles ont toujours été là, mais entre la confusion des idées de l’ego et le manque de confiance en soi (en son coeur), il difficile de s’abandonner à l’évidence.

Peut-être comme moi, avez-vous plus appris à réfléchir, à vous soucier de l’opinion des autres, qu’à vous fier à ce qui s’exprime au plus profond de vous.

Amusez-vous à noter – pendant les 7 prochains jours – ce qui vous vient à l’esprit et ce que vous ressentez lorsque vous êtes face à une situation qui vous pose problème (choix, doute, hésitation, peur, mal-être). Notez tout ce qui vient à la suite 1) 2) 3) 4).

Dans un second temps, relisez-vous et faites deux colonnes selon les critères ci-dessous. Une fois que vous aurez discerné les deux sources (coeur ou mental), continuez à observer. Juste pour vous entraîner à distinguer.

Faire confiance à son cœur (se faire confiance) prend du temps, surtout quand on ne l’a jamais fait. Donnez-vous du temps… mais faites-le ! Faites-le pour vous et toutes les répercussions : votre vie, votre santé, vos relations, vos proches.

Lorsque ce sera clair dans votre esprit, alors visualisez les propositions du cœur. Imaginez-les réelles. Ressentez-les.

Quand vous êtes prêts, osez les mettre en pratique. Affronter consciemment votre peur. Voyez ce qui se passe.

La voix du cœur, c’est…

  • Une idée, une visualisation qui fait vibrer toutes nos cellules.
  • La première réponse (spontanée) qui nous vient à l’esprit ou en sensation.
  • Notre idéal, si nous ne nous mettions aucune limite.
  • Un message qui génère une forte émotion positive : joie intense, enthousiasme, plénitude, liberté, quiétude.
  • La voie de la simplicité.
  • Une proposition qui respecte nos besoins profonds et nos valeurs (pas forcément celles des autres, mais ils s’y retrouveront après).
  • Une perception qui nous semble déraisonnable et que nous ne pensons pas être capables d’honorer.
  • Notre faculté à nous émerveiller et à croire en tous les possibles.

Le mental (liste d’indices non exhaustive) c’est :

  • Une sensation d’obligation, de contrainte.
  • Un jugement, reproche, accusation en vers soi-même.
  • Le rationnel, la raison (le cœur à ses raisons que la raison ne connait pas !)
  • Une idée ou un désir qui change rapidement (en quelques heures ou quelques jours),
  • Une illusion (croyances erronées), un caprice (croire qu’une chose va nous rendre heureux).
  • Vouloir tout, tout de suite.
  • Croire que « l’on ne peut pas tout avoir dans la vie », c’est-à-dire ce qu’il y a de mieux pour nous.
  • Une idée qui fait naître une contradiction, un conflit intérieur.
  • Une pensée qui nous dévalorise ou nous pousse au repli, à la résignation.
  • Une issue pessimiste.

 

Pour ceux d’entre vous qui ont déjà identifié leur idéal (vos rêves), cette pratique vous aidera à faire des choix et développer votre volonté pour dépasser les obstacles créés par le mental.

"Quand ta personnalité vient servir l'énergie de ton âme, on appelle cela le pouvoir Authentique." Gary Zukav

Qu’est-ce qui empêche d’entendre la voix de son cœur ?

Le manque de connaissance de soi, les illusions apportées par l’image de soi (ego), les croyances qui ne sont pas justes pour nous, le manque de confiance en ses perceptions, le fait de ne pas écouter ni respecter ses besoins.

Longtemps l’injonction « écoute ton cœur » m’a énervée au plus haut point ! Je la voyais partout, en couverture des livres, les pubs ou les titres d’articles de magazines de développement personnel.

Pour moi, ce n’était pas une fin en soi. Je confondais le cœur avec les désirs, le plaisir et le péché selon les préceptes de mon éducation catholique. J’ai longtemps pensé qu’il était déraisonnable (et il l’est!), que je ne pouvais pas m’y fier parce qu’il était naïf. Je pensais que c’était à cause de lui que je ne savais pas dire non. Je ne comprenais pas que suivre ses conseils puisse aussi me mener à la souffrance (« peines de cœur »). Je ne lui faisais donc pas confiance. Je ne savais pas non plus à l’époque discerner la voix de mon cœur et celle de ma raison. J’attendais que la voix de mon cœur s’impose puisqu’elle prétendait être ma vérité. En me dictant un message clair, précis avec un mode d’emploi de préférence ! Je voulais que ses indications soient noires ou blanches, mais pas les deux. Bref, j’accordais tous les pouvoirs à mes préjugés et mon mental. C’est aussi cela qui m’empêchait d’entendre et de discerner.

L’insatisfaction et le mal-être m’ont obligé à ouvrir peu à peu mes œillères.

Aujourd’hui, écouter mon cœur signifie, écouter ce dont j’ai besoin à un instant T. Accepter qu’ils puissent évoluer ensuite. Suivre mon idéal (donc tout ce que je m’interdis) même cela me parait fou ou impossible. C’est respecter mon ressenti profond. La façon dont j’ai envie de faire. Mon rythme. Ma vision. Faire ce que j’aime.

Comment je le perçois ? Par mes pensées, mon ressenti, une image, un flash, quelque chose que je pressens (que je sais sans l’avoir appris).

Mes émotions m’indiquent si je lui suis fidèle ou non : quand l’enthousiasme se mélange à la peur, c’est que j’ai laissé plus de place qu’il n’en faut à mon mental! Je garde alors le cap du message de mon cœur et je laisse mûrir jusqu’à ce que je sois prête (jusqu’à ce que je sois déterminée).

Est-ce que l’idée vient avec un mode d’emploi : non ! C’est à moi de l’inventer en avançant, c’est-à-dire en prenant des initiatives.

Écouter son cœur permet-il d’éviter de souffrir ?

Comment accepter de souffrir alors que l’on a écouté son cœur ? Notre cœur nous indique le chemin que nous devons suivre pour arriver là où notre âme le souhaite. Et ce chemin n’est pas forcément une autoroute. Pourquoi ? Parce que, c’est seulement quand nous sommes confrontés à des difficultés que nous pouvons tirer des enseignements de ce que nous vivons. C’est seulement quand nous sommes conscients d’être bloqués que nous pouvons apprendre à nous libérer. Tout le monde est confronté à des épreuves dans sa vie.

J’ai dit plus haut. L’insatisfaction et le mal-être m’ont obligé à ouvrir peu à peu mes œillères. Je n’ai pas découvert toutes mes croyances négatives le même jour (heureusement, j’aurais été foudroyée sur place!) Chaque difficulté porte un message, une libération potentielle. Si nous le voyons ainsi.

Ce n’est pas parce que nous avons suivi notre cœur que les autres sont en mesure de nous comprendre ou que notre vie devient un long fleuve tranquille. Nous ne sommes pas responsables des autres et de la façon dont ils voient les choses. Nous ne maîtrisons pas tout. Nous ne pouvons pas tout contrôler. Et ce n’est pas de ça dont il s’agit.

Lorsque je suis mon cœur, les choses deviennent cependant beaucoup plus simples et légères. En cas d’obstacle, le chemin est éclairé. Cela fait une grande différence.

Écouter son cœur développe l’estime de soi. Et plus on a d’estime pour soi, plus on écoute son cœur évidemment. Plus nous nous aimons, plus nous sommes guidés. Plus notre vie devient plus simple. C’est un cercle vertueux dans lequel tout le monde est invité à entrer.

***

Hop hop hop, ne partez pas comme ça, relisez le second paragraphe et pratiquez-le, vous n’avez rien à perdre !

Comment la voix de votre cœur se manifeste pour vous ?  Quels obstacles rencontrez-vous pour la  discerner ou la suivre ?

 

Recherches utilisées pour trouver cet article :comment ecouter son coeur? tribues, comment écouter ce que dit mon coeur ?

Comments

comments

Auteur : Coralie

Thérapeute, auteur, sage femme des consciences et des rêves.

6 réflexions sur « Comment écouter son cœur pour prendre les décisions qui nous correspondent ? »

  1. nathalie dit :

    Merci beaucoup pour ce texte. Encore des mots précis sur ce que je vis et ressens depuis quelques mois. Je crois que j’ai besoin de cette clarté pour mieux suivre mon coeur et les intuitions. Donc merci pour ce partage d’expériences, parcours si similaire au mien 🙂 très belle fin de journée.

    1. Oui, clarifier, prendre conscience sont les premières étapes pour pouvoir pratiquer (écouter et faire) sans lutter, avec fluidité.
      Je suis toujours aussi surprise du nombre de points communs qu’ont mes lecteurs avec moi . Merci pour votre retour Nathalie et à bientôt sur nos ondes!

  2. Ma devise est “Suis ton coeur…mais emmène quand même ton cerveau” ! 🙂
    Je crois profondément que le coeur est un excellent guide, qu’il est important de se fier à son intuition, d’apprendre à écouter ses ressentis et de suivre ses élans. Mais je trouve que la raison a aussi son rôle à jouer dans notre cheminement. Pour moi, le coeur donne le Pourquoi, la direction. La raison, donne le Comment, la méthode. Tout un équilibre à trouver… Merci pour cet article !

    1. Merci Magali. J’aime bien aussi l’idée que le coeur indique la destination, le mental organise le voyage. Le mental devrait donc être au service de l’âme, son agent dans la matière! A bientôt, Coralie

  3. “Tout le monde te dit quoi faire et ce qui est bon pour toi, ils ne veulent pas que tu trouves tes propres réponses, ils veulent que tu croies les leurs. Essaye de ne plus chercher les informations en dehors de toi-même et commences à chercher en toi. Pourquoi avoir peur de chercher en nous, il n’y a que là que l’on peut découvrir ce dont on a besoin.” (le guerrier pacifique)

    “Le cœur à ses raisons que la raison ignore”

    Je crois que je n’ai rien à ajouter tu nous a donné l’essentiel : pour prendre les bonnes décisions, celles qui sont bonnes pour nous, il faut écouter notre cœur.

    Encore un super article Coralie, merci et continues !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *